Jacques Viallon, au-delà de l’écran

Viallon JacquesMasterclass 1 (Magà Ettori - blog)

Il est avant tout un érudit du septième art dont il apprécie l’Histoire et les scenarii. Jacques Viallon doit sa connaissance du milieu à une cinéphilie exigeante, mais également  à une pratique intense du métier de cinéaste. Il a été enseignant en école de cinéma (Eicar), auteur, réalisateur, producteur, chef-monteur et j’en oublie certainement. Jacques Viallon, qui est un des membres très actif de l’Institut Citoyen du Cinéma, compte plus de 100 œuvres inscrites à la SCAM et diffusées sur TF1 et autres grandes chaines historiques. Il est entre-autre l’auteur-réalisateur et monteur d’un magnifique documentaire « Jim Morrison un poète à Paris » (TF1/Stylia) que l’on trouve en bonus du film D’Oliver Stone  »The Doors » (StudioCanal), c’est dire si nous sommes dans la cour des grands. Jacques Viallon, est un homme de coeur et de passion. Quand il s’intéresse à un mode d’expression (souvent), c’est toujours avec l’objectif de côtoyer l’excellence. Fondateur de Lodge Production, il a écrit, réalisé et produit « Harcourt, la griffe des Stars » (avec Olivier Chateau), et l’histoire extraordinaire du « Studio Rouchon ». Ce studio mythique qui accueille depuis plus de trente ans les plus grands photographes. Une manière de se rapprocher de cet art qu’il affectionne tant. Lors de ces tournages, il découvre les lumières spécifiques de la photographie glamour inspirée par George Hurrell. Une autre passion va naître.
Vincennes accueille du 22 au 25 janvier, la 1ère édition du festival de cinéma : « Au-delà de l’écran – le cinéma raconté par ceux qui l’ont fait ». L’occasion pour Jacques Viallon d’organiser une rencontre avec trois grands chefs décorateurs membres de l’ADC (Association des chefs décorateurs de cinéma) : Michel Barthelemy, Valérie Grall et Denis Hager. En parallèle des projections, animations et d’une exposition consacrée à André Bourvil, cet évènement permet à Jacques Viallon de montrer une exposition de photographies que nous attendions avec beaucoup d’impatience. Il s’agit d’une série d’accessoires des studios de Bry-sur-Marne que Jacques Viallon a photographié durant 4 mois alors que les Studios menaçaient de disparaître ; une bagatelle, seulement 30 ans d’archives et d’histoires du très jeune septième art. Un travail inestimable bien entendu, au service de notre mémoire collective et du cinéma :  »ambiance 36 quai des orfèvres »,  »ambiance Marie-Antoinette »,  »ambiance 39-45 »,  »ambiance panneaux de signalisations »,… Plusieurs milliers d’objets sont encore conservés dans les stocks des studios de Bry-sur-Marne, qui ont été finalement sauvés et revendus en 2015, mais certains de ces objets uniques ont tout de même été détruits. C’est dire la valeur de cet immense travail que nous propose Jacques Viallon, en plus de la mise en scène et de la signature photographique si particulière.

 

Viallon expo 1 (Magà Ettori - blog)
Ambiance 36 quai des orfèvres ©Jacques Viallon
Viallon jacques expo 2 (Magà Ettori - blog)
Ambiance Marie-Antoinette ©Jacques Viallon
Viallon jacques expo 3 (Magà Ettori - blog)
Ambiance 39-45 ©Jacques Viallon

Accessoires mythiques du cinéma

Masque original du film de Belphegor, moulé sur le visage de Sophie Marceau
Masque de Belphegor, moulé sur le visage de Sophie Marceau

Jacques Viallon,  présente une exposition de photos des accessoires mythiques du cinéma Français. Photographe et réalisateur, Jacques Viallon est passionné par le monde du cinéma et des arts scéniques. La recherche du modelé, créateur d’ambiances propre à produire des images de qualité, est ce qui le motive depuis de nombreuses années. Jacques Viallon est l’auteur de plus d’une centaine de reportages et de documentaires diffusés sur les grandes chaines historiques. Il a réalisé avec Olivier Chateau, le documentaire inédit « Harcourt, la griffe des Stars « . Fasciné par le travail sur la lumière du célèbre studio, il a ainsi passé un an au cœur de cette vénérable institution pour réaliser ce film. En 2012, afin d’explorer encore davantage le monde de l’image, il a réalisé un autre documentaire sur l’histoire extraordinaire du « Studio Rouchon ». Ce studio mythique qui accueille depuis plus de trente ans les plus grands photographes. Tout cela afin de perfectionner son travail de photographe pour obtenir le meilleur de ses images.

 

Jacques Viallon est également un des ardents défenseurs des studios de Bry. Il est parmi les premiers à avoir saisi l’enjeu de la sauvegarde de cette mémoire du cinéma français et a photographié des centaines d’objets mythiques qu’il exposera rue de Varenne à Paris. L’histoire des studios de Bry débute en 1987, avec la naissance de 8 plateaux de tournage allant chacun de 290 m² à plus de 1 000 m² et d’importants lieux de stockage, sur plus de 12 ha de terrain. L’ancienne propriété de la Société française de production (SFP), rachetée par le groupe Euro Media en 2001, a été revendue il y a deux ans, et son avenir paraît incertain.

statue originale de la Série "Belphegor" de 1963
statue originale de la Série « Belphegor » de 1963

Les studios de Bry accueillent pourtant toujours des tournages de films hexagonaux, mais pas seulement. Récemment, c’est la superproduction américaine « Hunger Games » qui a loué les locaux afin de pouvoir y tourner des passages de son troisième volet. Les studios sont menacés de disparaître, et Jacques Viallon comme de nombreux professionnels (14 associations) ont l’oreille du propriétaire du site, Rudy Marzouk. Les studios de Bry : un outil de travail unique et nécessaire à la bonne santé de l’industrie cinématographique, qui recèle un nombre incroyable de trésors que l’on pourra découvrir ou redécouvrir demain dans l’exposition de Jacques Viallon.

fauteuils et tentures du films Marie-Antoinette de Sophia Coppola
fauteuils et tentures du films Marie-Antoinette de Sophia Coppola
fauteuil original de Coluche pour l'émission : le jeu de la vérité
fauteuil original de Coluche pour l’émission : le jeu de la vérité