Roger Antech, limogé du quotidien Corse-Matin

naufrage-corse-matin-maga-ettori-blogL’histoire de la presse insulaire, ce n’est pas le naufrage du Titanic, mais presque (http://www.petitions24.net/soutien_a_la_liberte_d_expression). Heureusement que Claude Perrier, PDG du groupe La Provence, actionnaire majoritaire de Corse-Matin, a pris les choses en main. Comme nous l’annoncions dans un billet précédent (https://magaettori.wordpress.com/2015/10/30/le-pdg-de-corse-matin-demissionne/) Claude Perrier n’a pas été long a nettoyer les écuries d’Augias. Il a annoncé le limogeage de Roger Antech lors du comité d’entreprise du jeudi 27 octobre, précisant que le prochain conseil d’administration de La Provence prévu pour le 10 novembre, entérinera le départ de Roger Antech – actuellement en maladie –  directeur général délégué chargé de l’information, du développement et du projet de centre d’impression numérique de Corse-Matin. Le départ de Roger Antech s’inscrit dans un contexte de creusement abyssal du déficit au sein de Corse-Matin (DSH ACPM 2015-2016, 32 657 exemplaires, -7%). Une situation qui avait déjà conduit à sa rétrogradation, fin 2015, après le rachat du titre par Bernard Tapie, et après seulement une petite année en tant que P-DG de la société éditrice Corse Presse. Claude Perrier tablerait désormais sur 1,5 million d’euros de pertes sur 2016 pour sa filiale, contre un million d’euros envisagés avant l’été. Il a donc décidé de siffler définitivement la fin de la partie pour Roger Antech, ce moussaillon intronisé amiral qui a bien faillit couler le fleuron de la presse insulaire. La chronique de Roger Antech s’intitulait  »7 jours en Corse », ce fut un tout petit peu plus long, mais bon… tout vient à point à qui sait attendre. Il est seulement regrettable que ce limogeage ne soit pas intervenu quelques semaines plus tôt, il aurait réjouit les derniers jours de notre ami Jean-René Laplayne qui a vu le sabordage de la Corse Votre Hebdo. RIP

tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression

Remove a Restraining Order

Mon dernier long métrage déprogrammé d’un festival ! En réalisant un film aussi engagé nous nous attendions à ce que cela se produise. Ce long-métrage ne pouvait que faire grincer les dents des lobbys industriels (pharmaceutiques, agro-alimentaire, cosmétique, armement, …). Mais je ne m’attendais pas à ce que le coup bas arrive de Corse-Matin, enfin de son directeur.

Le point de départ de cette affaire une pétition de soutien à Jacques Renucci, que beaucoup considèrent comme un des meilleurs journalistes en Corse, chroniqueur, auteur et directeur de la Corse-Votre Hebdo.  Nous revenions il y a quelques jours sur l’achat du quotidien régional par Bernard Tapie. Exilé potentiel,  Jacques Renucci fut dans un premier temps considéré comme une victime collatérale de cette opération financière.

Résultat de recherche d'images pour "corse matin"

Par loyauté autant que par souci de justice, j’ai donc pris l’initiative de soutenir Jacques Renucci. S’il ne fait aucun secret que le Directeur de la Corse Votre Hebdo est mon ami (de 30 ans), et qu’à ce titre il a mon indéfectible soutien, il n’en est pas de même des centaines de personnes qui ont spontanément signé la pétition que nous avons mise en ligne. Ils ont unanimement loué les qualités humaines, et souligné les talents d’écriture, la perspicacité et l’esprit d’analyse de Jacques Renucci. Certains ont même hurlé au complot. Un complot ? Pour évincer Jacques Renucci ? Aux premiers abords cela semble un peu exagéré…

Des journalistes de Corse-Matin ont profité de cette pétition pour s’exprimer leur mal être. Entre polémiques, souffrance, insultes et grand déballage la pétition de soutien à Jacques Renucci est devenue un espace de règlement de compte. On évoque des pressions, des suicides et des faits-divers potentiels. Personnellement je n’y ai vu qu’une soupape de sécurité. Il faut créer un  »journal pour Jack » disait même un journaliste, sans rire. A lire ces interventions, j’ai compris à quel point la situation au Corse-Matin était tragique.

Résultat de recherche d'images pour "journaliste en danger"

Tragique dans le sens où les journalistes de Corse-Matin se présentent comme muselés et brimés. Ceux-là même qui devraient porter haut les couleurs de la Démocratie et de la liberté d’expression, n’ont d’autres possibilités pour s’exprimer qu’un site de pétition, un défouloir 2.0. Oui, il s’agit bien d’une tragédie. Quant au complot à l’encontre de Jacques Renucci, il vous suffira de lire le contenu des interventions des journalistes de Corse-Matin, sur le site en question, pour comprendre de quoi il s’agit.

Oui, la direction du journal est fortement prise à partie, et mon action de soutien à Jacques Renucci, a été vécu par certains comme un acte d’agression. D’ailleurs la réaction ne s’est pas faite attendre : le Festival dont nous étions partenaires, nous a fait aussitôt fait savoir qu’il déprogrammait mon film. Le fait que Corse-Matin soit le principal partenaire de ce Festival n’explique pas tout. La direction du quotidien pourrait éventuellement m’en vouloir d’avoir pris l’initiative de cette action, mais le Festival c’est ridicule. Quand ils sont venus me chercher, il y a un an, ne savaient-il pas quel genre de cinéaste je suis ? Où avait-il la tête en déprogrammant mon film ? Quel résultat pensait-il obtenir ? Me faire taire ? Tant qu’il me restera un souffle de vie personne ne me fera taire ! Je m’opposerai autant de fois que nécessaire à toutes les injustices, les barbaries et les discriminations.

Résultat de recherche d'images pour "tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression"

Je n’ai jamais fais aucune concession face aux injustices. Ce geste d’amitié sincère, je le reproduirais un milliard de fois s’il le faut, quoi qu’il m’en coûte. Le fondement de mon être se niche au coeur de l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme : « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Cette philosophie, une profonde générosité, un coeur vaillant et un sincère humanisme portent mes pas depuis toujours. Vous pensiez vraiment que vous alliez me faire taire ?