Veggieworld, le cri de la carotte

cri de la carotte - Magà Ettori - Chroniques animalistesAlors qu’est-ce qu’on fait le week-end prochain à Paris ? Le marathon de Paris, oui. Le Mondial de l’automobile :  »Le futur, c’est maintenant ! Plus de 250 marques au Salon de l’auto, ont répondu présentes pour l’édition 2016. » Espérons que Volkswagen sera là, ils sont champions du monde pour réduire frauduleusement les émissions polluantes mieux que la COP21. Une première dans l’histoire automobile, 11 millions de véhicules bridés pour vous apporter le meilleur de la technologie : maladies respiratoires chroniques, pathologies cardio-vasculaires, cancers… que du bonheur ! Non vraiment, le Mondial de l’auto, ça va pas le faire.

Quoi d’autre ? Ah la VeggieWorld, le plus grand salon végétalien en Europe. Ca à l’air cool ça. 90 exposants, dont 10 associations. Un programme extra-veggie : 20 conférences, 10 ateliers de cuisine, des ateliers de yoga, des présentations de livres et l’avant-première du film Faeryland. Ah oui d’accord, whaou. C’est excellent ça. C’est une bonne journée.  Je viens d’apprendre que Faeryland était nominée pour les  »Médor » dans la catégorie meilleur film animalier, et maintenant la VeggieWorld, bien. Faeryland, c’est le 2 avril à 16h30 au 104 qui se trouve 5, rue Curial, dans le 19e à Paris (Métro : Stalingrad ou Riquet). Bon ben voilà, j’ai tout. On va y aller. Ils disent quoi de ce salon. Lancé en mai dernier, après 5 ans de succès et de développement en Allemagne, le salon VeggieWorld Paris connaît déjà ses premiers succès et un développement rapide. De plus en plus de personnes font attention à ce qu’elles mangent, à ce qu’elles achètent et à l’impact de leur mode de vie sur l’environnement. Cette première édition attend 10000 visiteurs qui pourront découvrir plus de 15 restaurants végétaliens et plus de 500 produits, parfois peu ou pas connus en France, par des marques dont c’est parfois la première présence sur le marché français. Protéines végétales, compléments alimentaires, laits, fromages et yaourts végétaux, noix et fruits secs, bonbons, chocolat, pâtes à tartiner, sauces, confitures, boissons, thés, biscuits, tartes, pâtes, huiles, jus de fruits, alternatives à la viande, soins, crèmes, lotions, produits féminins, livre de cuisine, sacs, vêtements et de nombreux autres produits qui permettent à tous de vivre facilement une vie végane. VeggieWorld Paris propose également un programme très riche de plus de 40 activités tout au long des deux jours du salon. Les ateliers cuisines et démonstrations culinaire, animés par des chefs et restaurants reconnus permettront à tous d’apprendre les meilleures astuces et techniques de cuisine végane. Le Centre TAO Paris réveillera les visiteurs avec des ateliers de Yoga gratuits. Pour celles qui le souhaitent, il sera possible de rafraîchir son maquillage grâce à une professionnelle qui utilisera exclusivement des cosmétiques véganes venus d’Allemagne. Nous sommes également particulièrement heureux d’accueillir une avant-première du film Faeryland, qui sera le seul événement payant de l’agenda VeggieWorld. Oui, d’ailleurs c’est Marco et l’équipe du Collectif contre l’expérimentation et l’exploitation animales qui tiendra le stand Faeryland où se vendra les places, où l’on pourra gagner un voyage à Dublin sur les traces de Faeryland. Ce sera le moment de prendre connaissances de toutes les campagnes du Collectif contre l’expérimentation et l’exploitation animales. Un stand facile à reconnaître, la couleur dominante est le jaune. Une vraie ruche, Marco s’entoure toujours de militant(es) motivé(es) et dynamiques. Pour eux !

Alors, les autres ateliers et conférences sont libres d’accès aux visiteurs. Voyons voir ces conférences. Ah bien. Le dimanche après-midi nous avons…. holà il n’y a que l’embarras du choix. Conférence sur le Droit Animal et véganisme Les animaux non « sauvages » sont désormais reconnus comme êtres vivants et sensibles aussi bien dans le code civil, le code pénal et le code rural suite à l’harmonisation juridique menée par le législateur en 2014. Voilà qui va intéresser Myke, Mélany et Daniel de  »Parole d’animaux ». Je les vois bien avec leur petite caméra intrusive…

Bon et là c’est quoi ? Tiens une Conférence sur Le véganisme dans le cinéma, la télé et la musique. Ah j’adore, c’est certain que je vais y assister à celle-là. La conférence aura lieu dimanche, 3 avril, de 14h15 à 15h15 dans la salle de conférence du salon VeggieWorld. Il y a 4 intervenants. La première est Mathilde Laconche, monteuse, réalisatrice, scénariste, productrice. Elle a réalisé « Des milliards de toi mon poussin », une excellente critique. Mathilde Laconche met en scène deux adolescents qui mènent des actions en faveur des animaux qu’ils considèrent comme leurs cousins. C’est original. Le deuxième intervenant est Bruno Blum, journaliste, musicien, dessinateur, peintre et photographe. Il est principalement connu pour son travail dans le domaine du reggae et du rock, on le surnomme Doc Reggae, yo man. Il présentera le jour même  »Cabaret Vegan », musique de culture biologique garantie jouée sans machines par des musiciens vivants élevés en plein air. Oui ça donne le ton. Cabaret rock, soul, reggae et chansons francophones originales dont plusieurs à la gloire potagère des fruits et légumes. Bon, c’est certain nous y serons. Le troisième intervenant est Guillaume Corpard, écrivain, musicien, compositeur. C’est à Guillaume que nous devons  »My Life’s a Cage », ma vie est une cage, très bon film d’animation et de fiction qui pose la question de notre rapport aux animaux et de savoir si tout le monde peut devenir vegan, même les enfants. En chanson, le film retrace le cheminement des animaux de leurs lieux naturels vers l’abattoir afin d’être transformés en viande;, le tout en poésie et en musique. Le dernier intervenant est : Magà Ettori. Hey ! Personne ne me prévient ? Comment ça on en parle depuis deux ans ? Si je suis sourd ? Pourquoi ? Ah le cri de la carotte … oui assez insupportable ! Toutes ces carottes sacrifiées à la Veggieworld, sur l’autel du bien-être, d’un mode de vie végane, plus sain, pour les animaux, mais aussi pour l’environnement et les humains. Ca va être terrible !

Magà Ettori, Paris, 27/03/2016

en partenariat avec http://www.paroledanimaux.com/

Un ange passe à la téléréalité

Ariakina Ettori - Christie Nicora - tournage ''I Tercani''
Ariakina Ettori (La Lauréate) – Christie Nicora (Les Anges de la Téléréalité) – tournage  »I Tercani »

J’avoue sans aucun tabou m’être mis à la téléréalité. Il m’a fallu un temps d’accoutumance, un travail important pour comprendre les codes et les enjeux des émissions, mais c’est avec délice que j’ai pu accéder à ce nouveau monde. J’ai d’abord débuté mon initiation en suivant le passage d’un ange à la téléréalité, notre amie Chrisitie Nicora, que j’ai eu le plaisir de faire tourner dans  »I Tercani », il y a trois ans. Christie, jeune et talentueuse mannequin surdiplômée ne sera restée que quelques jours dans la villa australienne des  »Anges de la téléréalité », à mon grand regret. Juste le temps de parfaire ma culture. En effet, en lisant un tweet assassin de Vanessa à l’attention de Christie, j’apprenais que nous étions 6 millions sur terre…. à moins que Vanessa ne parle des candidats de jeux de téléréalité, ou… bah j’ai encore du travail. A ma décharge, je suivais en même temps les cours d’astronomie « des Marseillais à Rio », quand Kim expliquait à Micha qu’il y avait deux lunes : une au dessus de la France et l’autre au-dessus du Brésil. Ok, ça c’est fait. Il était temps pour moi de quitter la téléréalité hexagonale pour découvrir la puissance des Pays-bas, du Japon, de l’Allemagne, de l’Angleterre, du Pakistan et des USA dans ce domaine. Que du bonheur. Un chien d’un mètre cinquante au garrot, sodomite à ses heures perdues qui astique un candidat de téléréalité enduit de chantilly, une bibliothèque où les candidats doivent tenir le silence malgré les tortures, un candidat en phase terminale d’un cancer qui donne ses organes à un des trois autres candidats, un animateur qui offre un bébé orphelin à un couple sans enfant, un candidat que l’on jette dans l’eau bouillante, une animatrice nue qui consomme en direct des stupéfiants sous l’oeil complice de deux candidats occupés à tester des préservatifs bien entendu dans le plus simple appareil, des candidats qui se bistourisent allègrement pour ressembler à des poupées (Ken et Barbie) quand ce n’est pas à leur vedette favorite, des mangeurs de craies et de matelas, … Que du plaisir. De cette incroyable découverte que fut pour moi la téléréalité, il était vraiment temps que j’en fasse un film :  »La Lauréate ». Puisque la téléréalité puisait ses codes dans le monde du cinéma, il me semblait intéressant que le cinéma emprunte à son tour à la téléréalité, mais chut,… un ange passe.

Page facebook – LA LAUREATE : https://www.facebook.com/pages/La-Laureate/246899052161120