Climat, l’heure de la guerre a sonné

Magà Ettori - Janette et Alan Murray (blc)

J’ai été très touché par les feux et les ouragans en Australie, bien avant le déclenchement de la tempête médiatique. Nous avons beaucoup échangé avec mes amis Janette et Alan Muray, les champions du monde ambassadeurs de VEGAN MARATHON en Australie. Dès les premiers incendies, nous avons pris contact avec des fondations et envisagé ce que nous pourrions faire concrètement pour aider l’Australie dévastée.

Une course contre la montre, pour aider l’Australie

Résultat de recherche d'images pour "Australie feux"

En tant que militant et citoyen du monde, nous agissons donc de concert avec les institutions sur place. En tant qu’auteur, cela m’a inspiré un texte : L’ILE KANGOUROU. un compositeur de talent va bientôt nous proposer une musique pour faire de L’ILE KANGOUROU un titre au service de la cause.

Dana Glowacka est une VEGAN WARRIOR, et une des 11 influenceuses dans le monde en tant que sportive végane. La canadienne a en effet battu le record du monde de gainage (homologué par le Guiness des Records). Ayant échangé avec Dana sur la tragédie en Australie, je l’ai senti très concernée, c’est pourquoi je lui ai demandé de lire ce texte que nous avons ensuite mis en image.

Antispécisme et dissonance cognitive

En partageant la vidéo sur les réseaux sociaux, nous avons eu ce type de réactions : « C’est triste, certes mais nous n’avons aucun pouvoir sur cela. En revanche, chacun peut faire diminuer le nombre d’animaux qu’on fait souffrir et qu’on tue (150 milliard dans le monde) pour un « plaisir gustatif » alors qu’on en a pas besoin. Remettons les choses à leur juste place ». Je connais l’auteur de ce commentaire, un ami, un VEGAN WARRIOR aussi, très engagé, sincère, intègre, et je ne peux pas le suspecter de vouloir se donner bonne conscience de ne pas pouvoir agir pour l’Australie.

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes

Pourtant, depuis quelques jours, fleurissent partout sur les réseaux sociaux – enfin presque partout, dans la communauté antispéciste en tout cas – des publications qui vont dans ce sens. Cela fait même consensus. Je pense que nos compagnons de lutte antispécistes se trompent de combat et tombent à leur tour dans le piège de la dissonance cognitive.

La quoi ? C’est grave docteur la dissonance cognitive ? Oui quand nous nions la réalité du réchauffement climatique ou que nous visons à minimiser son impact. Oui, quand des nazis ou des négriers justifient leurs comportements immoraux en prétendant que leurs victimes sont une sous-espèce humaine. Oui, quand un président américain dément torturer des prisonniers tout en réaffirmant que les Etats-Unis continueraient à poursuivre leurs exactions. Oui, quand une personne normale prétend aimer la viande mais ne pas aimer tuer des animaux.

Le paradoxe de la viande

Résultat de recherche d'images pour "petit cochon"

Ce dernier exemple est ce qu’on appelle « le paradoxe de la viande ». Cet antagonisme entre l’amour pour les animaux et l’amour pour la viande, crée un inconfort psychologique de manière plus ou moins consciente. Afin de réduire ce conflit certains vont aller chercher des justifications rationnelles comme le « cri de la carotte ». Cette expression vise à mettre exactement sur le même plan les végétaux et les animaux, notamment au niveau de la sensibilité. Une façon de ne pas croire en l’existence de conscience chez les animaux. Cela vous rappelle quelque chose ? C’est là qu’on reparle des femmes ou des indiens des amérindiens ? Non, continuons avec la carotte. Dans ce débat, le cri de la carotte est un argument que l’on peut placer au même niveau que le « Lion et la Gazelle » (l’un mange l’autre dans la jungle), des « hommes préhistoriques » (il fallait bien qu’ils se nourrissent entre deux T-rex), des « canines » (elles ne sont pas là pour rien). Ce sont des arguments faciles à démonter : un consommateur de viande participe bien plus au cri de la carotte qu’un non-consommateur de viande. Pour créer une calorie animale il faut utiliser entre 4 et 10 calories végétales. En réalité, quand une personne vous parle du cri de la carotte, vous savez qu’elle n’essaie pas de vous convaincre, mais de s’auto-convaincre, de banaliser le sort des animaux pour se donner bonne conscience.

Résultat de recherche d'images pour "dissonance cognitive"

Le souci avec la bonne conscience et la dissonance cognitive c’est que ce soulagement passe par la case oubli, et que l’existence même des véganes, leur omniprésence médiatique, est un rappel incessant à cette mauvaise conscience. Une excellente journaliste du Monde, Audrey Garric a écrit : « Nous continuons à soustraire à la vue d’une opinion publique dégoûtée par le sang la réalité de la production de viande, à savoir que trois millions d’animaux sont tués chaque jour en France, le plus souvent à la chaîne. ». Ce que met en évidence Audrey Garric, c’est le « paradoxe de la viande », un phénomène étudié en psychologie qui renvoi à la contradiction entre, d’un côté, aimer manger de la viande, et de l’autre, ne pas aimer infliger de la douleur et tuer des animaux sentients. Là cela vous rappelle nécessairement quelque chose, j’en parle juste au-dessus. Et vous savez quoi ? Le « paradoxe de la viande » s’étudie principalement en psychologie sous l’angle de la théorie de la dissonance cognitive.

L214 a au moins l’élégance de relever que le climat c’est comme la viande. Alors que tous les voyants sont au rouge, notre cerveau préfère ne pas entendre ce que nous disent les scientifiques. Selon le psychiatre norvégien Per Espen Stoknes, le principal problème dans la lutte contre le réchauffement climatique est justement d’ordre psychologique. Plus les preuves scientifiques du dérèglement s’accumulent, moins les gens semblent préoccupés par les questions climatiques. Comment s’explique ce paradoxe ? Comme pour la viande, des barrières mentales nous empêchent de voir la réalité en face. Le climat et la viande, même combat. Le réchauffement climatique par les menaces qu’il projette sur notre avenir et par l’ampleur des mesures qu’il nécessite, crée de l’inconfort en remettant trop de choses en question dans notre existence. Et entre la connaissance du problème et la reconnaissance du besoin d’agir, notre réflexe est de refouler ces informations pour éviter d’y penser.

La théorie du crapaud

Résultat de recherche d'images pour "crapaud route"

A ce stade, j’ai bien envie de vous parler de la « théorie du crapaud ». Cette histoire raconte que les crapauds vivent dans une zone et se reproduisent dans d’autres. Chaque année, de manière grégaire, tous migrent dans le même sens. Lorsque sont construit de nouvelles routes en travers, ils se font massivement écraser. Sauf que quelques-uns vont dans l’autre sens, ou trouvent les tunnels que des écologistes font creuser pour eux sous les routes. Parce qu’ils s’aventurent dans des directions non conventionnelles, ces crapauds fous inventent des voies d’avenir et sauvent l’espèce. C’est d’ailleurs à propos des crapauds fous que Mark Twain a écrit : “Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.” Non je plaisante. Plus sérieusement, l’histoire montre l’importance des anticonformistes pour le progrès des connaissances. Qu’en aurait-il été si de grands chercheurs comme Marie Curie ou Albert Einstein n’avaient pas persisté dans leurs travaux ?

Anticonformistes et antispécisme, même combat 

Image associéeLes antispécistes, eux, sont par essence des anticonformistes. Ils ont un esprit critique et remettent tout en question, en permanence. Oui des fois c’est fatiguant mais souvent cela fait avancer le Monde et le rend plus éthique. Malheureusement les antispécistes sont loin d’être parfaits. Leur principal défaut est d’échanger principalement avec d’autres antispécistes (il faut dire que les diners avec des viandards deviennent vite fatiguant pour un végane), et là le « crapaud fou » commence à tourner en rond et son anticonformiste devient une forme de conformisme. La norme des antispécistes qui évoquent l’Australie c’est de rappeler que s’émouvoir pour le sort des Koalas qui disparaissent dans les flammes des mégafeux australiens et de ne pas pour les animaux dans les abattoirs relève de la dissonance cognitive. Ok nous y sommes. Mais les ami.e.s, vous faites la même chose avec L’Australie : « Je ne peux pas agir alors je me donne bonne conscience en faisant la comparaison avec les abattoirs. ». Vous vous souvenez du cri de la carotte ?

L’ÎLE KANGOUROU, la victoire ou la mort 

Résultat de recherche d'images pour "Climat"

Soyons sérieux, soyons courageux, vous pouvez agir, et aider ceux qui agissent, même en France. Dans la cadre du Climat, nous vivons en ce moment une crise majeure avec un risque important d’effondrement de nos sociétés si nous ne parvenons pas à limiter le réchauffement à plus de 2 degrés d’ici la fin du siècle.  Les premières victimes de la crise climatique seront toujours les plus faibles, à commencer par les animaux. C’est ce que je rappelle dans la vidéo de l’ÎLE KANGOUROU : « Un milliard d’animaux ont déjà péri dans les feux de brousse qui ravagent l’est de l’Australie. La situation est critique sur Kangaroo Island. Il ne reste que 9.000 koalas sur les 46.000 (sur)vivants avant l’incendie. Il s’agissait de la seule population de koalas d’Australie qui ne soit pas touchée par la chlamydia, une infection fatale pour les marsupiaux. Les koalas ne sont pas les seuls à être terrassés, des dizaines d’autres espèces sont en souffrance, voir la biodiversité dans son ensemble. Les survivants sont des individus qui nous appellent à l’aide et qui espèrent que nous ne les oublierons pas, pas trop vite, pas totalement. ».

Agir, maintenant, et de toutes nos forces ! 

Résultat de recherche d'images pour "Kangaroo Island fire koala"

Une fois l’émotion passée, le risque c’est l’oubli et l’inaction. Bientôt les médias braqueront leurs caméras sur un autre sujet, puis un autre, et encore un autre. Si la mystérieuse pneumonie «2019-nCov» ne nous exterminent pas (tiens encore un scandale avec les animaux), nous les crapauds fou nous allons prendre une autre direction. Nous allons continuer à lutter pour cette Australie martyr, cette Australie minée par les intérêts économiques. Cette tragédie est une préfiguration de notre avenir et de celui de nos enfants. Dans ce combat les véganes, animalistes et antispécistes ont un rôle important à jouer, en France et ailleurs dans le Monde. D’abord parce que nous sommes naturellement sensibilisés à la cause des animaux et à celle de l’environnement, mais aussi du fait que notre mouvement s’est largement développé sur la planète avec l’essor d’internet. Nous sommes nombreux, connectés, partout et il est temps de nous engager dans cette guerre en prenant garde de ne pas nous tromper de cible.

Magà Ettori

S’il ne me reste qu’une chose, ce sera mon panache

Magà Ettori - Ekiden - VEGAN MARATHON.png

Après trois marathons, la course de fond c’est fini pour moi ! Jet de l’éponge par décision médicale. J’ai vu le médecin ce matin qui m’a confirmé les résultats que je craignais. Depuis 4 ans le sport est devenu partie intégrante de mon existence, il se confond avec l’ensemble de mes activités, participe à tous mes choix et oriente mon cadre de vie. Cette annonce est donc plutôt malvenue.

Est-ce que je vais baisser les bras, me morfondre et maudire les Dieux du Sport pour leur manque de bienveillance à mon égard ? Certainement pas. La tragédie fait partie intégrante du sport, et tout ce que nous pouvons espérer en tirer ce sont des instants de grâce. J’ai eu droit à mes instants de grâce, à mes instants de magie, à mes rencontres d’une richesse incroyable, et il est seulement temps de passer à autre chose.

VEGAN MARATHON - MARATHON DE PARIS 2018

Sur l’aspect médical, l’affaire est simple. Lors de la préparation de mon premier marathon de Paris, je me suis cassé le pied contre un trottoir. Un fragment d’os s’est détaché et se promène librement. Les médecins m’ont expliqué qu’une chirurgie serait aussi inutile qu’hasardeuse. Les résultats seraient hypothétiques et les risques réels. Du coup quand je cours longtemps, le pied gonfle et l’os se promène. J’ai l’impression qu’il s’agit d’une aiguille qui part en ballade à l’intérieur de mon pied.

La question est pourquoi maintenant ? C’est très simple, depuis octobre j’ai entrepris un double challenge : courir mon 4eme marathon et faire une première compétition de POWERLIFTING. A presque 48 ans m’engager dans deux disciplines aussi exigeantes relève un peu de la folie, mais où serait le plaisir sinon ?

VEGAN MARATHON - MAGA ETTORI WINNER - MARATHON DE PARIS 2018.jpg

Course de fond et Powerlifting sont des disciplines antinomiques à bien des égards. Je voulais rendre compatible l’incompatible, mais je n’avais pas mesuré que la musculation « fabrique » du muscle, et que le muscle c’est lourd. Avec mon physique, cela devait nécessairement avoir des conséquences sur la course à pied.  Tant que nous en étions sur de courtes distances, pas de soucis, mais la préparation d’un marathon devient vite exigeante.

Comme je le disais plus haut, nous n’allons pas nous laisser abattre et je vais donc m’investir davantage dans cette nouvelle discipline qu’est la Force Athlétique. D’ailleurs, pas plus tard que ce dimanche, je vais participer à une compétition inter-régionale de développé-couché. Avec trois mois de préparation, je n’espère pas faire de miracles mais un Record Personnel oui, bien entendu. Je suis un compétiteur, un warrior dans l’âme, aujourd’hui et à tout jamais.

vegan warrior - salon du running

L’aventure VEGAN MARATHONm’a permis de rencontrer des personnes fabuleuses, des athlètes de très haut niveau, mais aussi des héros ordinaires, tournés vers des performances différentes, moins dans la lumière, mais tout aussi remarquables. L’aventure VEGAN WARRIOR qui se profile, promet d’être encore plus « spéciale ».

I AM A WARRIOR 2019-10-07 MAGA ETTORI.pngD’un point de vue cinématographique nous allons ainsi écrire la suite de FINISHER. J’ai la chance d’être accompagné par la famille de l’INSTITUT DU SPORT ET DE L’ALIMENTATION VEGETALE, par Rachid Bahouss mon coach, encore une fois je bénéficie de conseils de grands champions comme  Marc Vouillot (le père de la Force athlétique). Marc Vouillot  est un spécialiste du culturisme, entraîneur national de force athlétique, qui a préparé plusieurs champions du monde comme Jean-Pierre Brulois. Avec Marc, outre notre intérêt commun pour ce sport, pour la cause des animaux (il est parrain de VEGAN WARRIOR et végétarien depuis 15 ans), nous chérissons tous les deux Cyrano de Bergerac, un personnage tragique et magnifique, belliqueux et batailleur, entier et  incorruptible, qui ne voulait qu’une chose au seuil de son dernier grand voyage (scène complète ci-dessous), c’était emporter son panache. Et nous dans tout ça ? Alors que débute l’an 2020, dans un contexte social (mondial) extrêmement tendu et difficile, de quoi avons-nous plus besoin si ce n’est de panache ?

Magà Ettori

 

Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand. Acte V, scène 6

CYRANO
Je crois qu’elle regarde…
Qu’elle ose regarder mon nez, cette Camarde !
Il lève son épée.
Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile !
Qu’est-ce que c’est que tous ceux-là !- Vous êtes mille ?
Ah ! je vous reconnais, tous mes vieux ennemis !
Le Mensonge ?
[Il frappe de son épée le vide.]
Tiens, tiens ! -Ha ! ha ! les Compromis,
Les Préjugés, les Lâchetés !…
[Il frappe.]
Que je pactise ?
Jamais, jamais ! -Ah ! te voilà, toi, la Sottise !
Je sais bien qu’à la fin vous me mettrez à bas ;
N’importe : je me bats ! je me bats ! je me bats !
[Il fait des moulinets immenses et s’arrête haletant.]
Oui, vous m’arrachez tout, le laurier et la rose !
Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose
Que j’emporte, et ce soir, quand j’entrerai chez Dieu,
Mon salut balaiera largement le seuil bleu,
Quelque chose que sans un pli, sans une tache,
J’emporte malgré vous,
[Il s’élance l’épée haute.]
et c’est…
[L’épée s’échappe de ses mains, il chancelle, tombe dans les bras de Le Bret et de Ragueneau.]

ROXANE, [se penchant sur lui et lui baisant le front]
C’est ?…

CYRANO, [rouvre les yeux, la reconnaît et dit en souriant]
Mon panache.

Les lettres de noblesse de l’alimentation végétale

Image associée

Une excellente nouvelle pour l’alimentation végétale. Les « steaks de soja », « fromage végétal » et autres « lait d’amande » c’est terminé. Nous ne trouverons plus de telles dénominations dans les supermarchés et sur les cartes des restaurants. Contrairement à ce que pensent certains (dans les deux camps) c’est vraiment une très bonne chose.A la manœuvre les lobbies agro-alimentaires veulent se protéger de la vague « végane ». Leur objectif est de draguer les 30 millions de flexitariens en France, et leur faire comprendre qu’un steack c’est de la viande. Et ils ont raison. Il est vraiment temps que l’on donne une vraie dénomination aux produits végétaux. Nous ne voulons plus que notre alimentation nous rappelle sans cesse l’horreur des abattoirs et de l’exploitation animale. L’Assemblée Nationale nous a rendu un immense service en adoptant, en première lecture, une proposition de loi en faveur de la « transparence sur les produits agricoles et alimentaires ». Une mesure qui s’inscrit dans la foulée des états généraux de l’alimentation et de la loi égalim, et qui interdit dorénavant l’utilisation de vocabulaire des produits carnés ou laitiers pour désigner un aliment à base de protéines végétales dont le soja.

Image associée
L’alimentation saine est décidément très végétale

La proposition de loi doit encore faire la navette avec le Sénat mais aussi préciser le pourcentage de protéines végétales à partir duquel, la disposition s’appliquerait (on parle de 2 à 3 %). Et oui le fromage ce n’est pas toujours du fromage et tout contrevenant encourra une amende de 1 500 euros. C’est maintenant que l’on va rire. Quoi qu’il en soit, l’alimentation végétale est maintenant au pied du mur, et il s’agit d’une belle opportunité. Il est vraiment temps que ces produits acquièrent ou plutôt retrouvent leurs lettres de noblesse.

 

 

Top aliments contenant du fer pour devenir Popeye

Manger des morceaux de cadavres ?

no way.png

Ok, ok pas très élégant… mais vous voyez bien l’idée ? 

Pas de viande, d’accord mais alors comment on devient comme Popeye (pas un hasard si sa femme s’appelle Olive) quand on est végétalien ou végétarien ? C’est facile, on mange des produits qui contiennent beaucoup de fer. Pas forcément en conserve d’ailleurs. Le fer est l’un des sels minéraux essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Un manque de fer peut menacer l’oxygénation tissulaire ou le système immunitaire. Et l’inverse ? Un excès de fer augmente les risques d’intoxication hépatique. Il semble nécessaire d’adapter la nutrition sportive à la discipline pratiquée. De même, il est essentiel s’assurer que le déficit est réel. Si c’est le cas, la supplémentation n’est pas la seule priorité mais figure seulement parmi les nombreuses actions d’une stratégie en micronutrition.

Image associée

Nous disposons d’environ 35 à 50 mg de fer/kg de poids corporel, soit l’équivalent de 3 à 4 g pour un adulte. Nos réserves tiennent donc dans une cuillère à café. La majeure partie est attachée à l’hémoglobine du sang (65 à 70 % du pool), à la myoglobine du muscle (3 à 4 % du pool) et à certaines protéines cellulaires (cytochromes). Ce qui signifie que le reste est stocké dans d’autres protéines de réserve (ferritine, hémosidérine), s’associe à diverses enzymes (déshydrogénase, hydroxylase), et circule dans le sang lié à la transferrine. Compte tenu de son caractère pro-oxydant, le fer n’existe pas sous forme ionisée libre.

Habituellement, un adulte perd en moyenne 1 mg de fer/jour via les sécrétions digestives, l’urine, la desquamation de la muqueuse intestinale et de la peau. La fuite est accentuée chez les femmes lors des épisodes de règles (parfois jusqu’à 40 mg de pertes/cycle). Il est certain que l’activité sportive pratiquée de manière régulière expose les pratiquants à un risque de déficit plus élevé. En effet, l’ischémie intestinale (chute de l’irrigation de l’intestin au profit de celle des muscles, de la peau et du cerveau) qui accompagne l’effort physique est un facteur d’agression de la muqueuse et d’émission de sang dans les selles. L’absence et l’insuffisance d’hydratation à l’effort aggravent ce phénomène.

VEGAN MARATHON - Magà Ettori Janette Alan Murray - cuilleres - MARATHON DE PARIS 2018
A table !

Si comme Janette et Alan et moi vous avez fait des marathons (enfin moi c’est 3 et eux 500), vous devez savoir que l’onde de choc provoquée par l’impact du pied sur le sol accroît le danger d’une rupture de la membrane des globules rouges et donc d’une hémolyse intravasculaire. De surcroît, l’excès de graisses saturées et les carences en acides gras insaturés au sein de celles-ci augmentent leur rigidité et par conséquent, leur fragilité. L’hématurie (présence de sang dans les urines) serait également générée par la propagation de cette onde choc. En outre, la course en descente, à l’origine de contractions musculaires excentriques, amplifie l’atteinte des fibres. Les microhémorragies et la réponse inflammatoire subséquentes accentuent les déperditions martiales. Par ailleurs, la hausse du débit cardiaque, l’accélération du flux sanguin et les turbulences vasculaires qui accompagnent une activité sportive occasionnent un stress mécanique pour les globules rouges. L’obligation pour ces derniers de se déformer pour franchir les capillaires et les chocs subis contre la paroi des vaisseaux élèvent leur risque de rupture et la fuite du fer.

C’est bien beau tout ça, mais on mange quoi pour avoir du fer ? 

1. Le cumin : 66 mg pour 100 g

Le cumin est l’épices est la plus riche en fer des épices. Elle contient 66 mg de fer pour 100 g d’épices. Le curry (29.7mg), la cannelle (8.3g) et la poudre de Méloukia sont aussi des épices riches en fer. Elles contribuent peu à nos apports car nous ne les consommons pas en grande quantité. Néanmoins, il ne faut pas hésiter à en parsemer vos plats, car elles ont bien d’autres vertus nutritives (anti-oxydantes, anti-infectueuses). Elles facilitent la digestion et soulagent les brûlures d’estomac.

2. Le thym : 30 mg pour 100 g

Cette plante aromatique qui abonde de fer. Dans 100 g de thym, on trouve 30 mg de fer. En plus, elle soulage la toux (à consommer sous forme de tisane) et aide à traiter la bronchite. Elle a une activité bénéfique sur la plaque dentaire (à utiliser en gargarisme et bain de bouche). Grâce à ses vertus anti-septique, le thym soulage les inflammations cutanées (cataplasme). L’un des constituants du thym, le carvacrol, pourrait même avoir des effets relaxants sur les personnes atteintes d’anxiété. N’hésitez donc pas à assaisonner et parfumer vos plats cuisinés avec cette herbe magique

3. La spiruline : 28.5 mg pour 100 g

Cette micro-algue (d’eau douce), très riche en minéraux et vitamines, possède des propriétés étonnantes. Alternative aux protéines animales par excellence, elle contient aussi une grande quantité de fer mais aussi des omégas 6, de la chlorophylle, des oligo-éléments et des minéraux. La structure de la cellule est fine, ce qui lui donne l’avantage d’être facilement assimilable par l’organisme. Vous pouvez la consommer sous forme de complément alimentaire 100% naturel (poudre ou gélule).

4. Le sésame : 16.6 mg pour 100 g

Sous forme d’huile, de purée (tahin) ou de graines, le sésame présente de multiples bienfaits pour la santé. Comme la spiruline, le sésame constitue un apport en protéines végétales intéressant en plus de son apport en fer. Ses graines sont également bénéfiques pour la digestion, du fait de leur bonne teneur en fibres. Le sésame n’est pas en reste concernant les oligoéléments: potassium, zinc, magnésium, calcium et phosphore. Le sésame s’intègre facilement à vos recettes salées et sucrées.

5. Le soja : 15.7 mg pour 100 g

Riche en protéines et en fer, le soja contient également des graisses insaturées, plus recommandées que les graisses saturées des produits animaux, souvent consommés en trop grande quantité. A consommer sous toutes ses formes: pousses de soja, lait, tofu, seitan.

6. Le chocolat noir : 10.7 mg pour 100 g

Le chocolat noir (minimum 70% de cacaco) n’a plus sa réputation à faire. Riche en fer avec ses 10.7g, c’est aussi une excellente source de magnésium (30g/100g) et d’antioxydants. Il aurait même une action protectrice contre les maladies cardio-vasculaires en préservant la santé de nos artères.

7. Noix de cajou : 6 mg pour 100 g

Les noix de cajou sont particulièrement recommandées pour faire le plein de fer avec ses 6 mg pour 100 g de noix. Oléagineux au même titre que les noisettes (3.5 mg de fer pour 100g de noisettes), les noix de macadamia (3.9 mg), les pistaches (3.9 mg) et les amandes, les noix de cajou sont riches en lipides et en acides aminés mono-insaturés (le bon gras), identiques à ceux de l’huile d’olive vierge extra. Elles constituent un en-cas intéressant sur le plan nutritionnel à condition d’être consommées en quantité raisonnable. Préférez-les bio, achetées en vrac et surtout nature car le sucre ou le sel ajouté lorsqu’elles sont grillées ou caramélisées les transforment en petites bombes caloriques.

8. Les pignons de pin : 5.5 mg pour 100 g

Aussi petits que précieux, les pignons de pin sont des graines comestibles de certaines variétés de pin. Ils contiennent la plupart des nutriments essentiels: glucide, protéines, lipides, calcium, fibres. Avec ces 5.5 mg de fer, c’est une source ferrique intéressante. Vous pouvez enrichir vos sauces, vos salades et tartines avec ces petites graines, véritable trésor de la cuisine.

9. Les graines de tournesol : 5 mg pour 100 g

Tout comme les pignons de pin, n’hésitez pas à agrémenter vos recettes de graines de tournesol pour ajouter un peu de croquant tout en bénéficiant de leur apport en fer. Les graines de tournesol sont aussi source de calcium et de magnésium. Leur teneur en acide gras polyinsaturés en font un aliment de choix pour la santé des artères mais aussi de la peau et des cheveux. Riches en fibres, elles sont également bénéfiques à la digestion.

10. Les haricots rouges : 5 mg pour 100 g

Reconnues comme un super-aliment, les haricots rouges sont une source intéressante de fer. Cette légumineuse a divers bienfaits sur la santé comme un meilleur contrôle du diabète et une diminution du risque de maladies cardio-vasculaires. En complément de céréales, les haricots remplacent l’apport de protéines animales.

11. Les lentilles : 3.3 mg pour 100 g

Autre source de protéines végétales, les lentilles sont parmi les plus digestes de légumineuses grâce à sa teneur en fibres et des plus riches en fer. Riches en anti-oxydants,elles protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. En salade, avec une vinaigrette légèrement relevée de moutarde, elles sont exquises.

12. Les olives : 3.3 mg pour 100 g

L’olive est fréquemment utilisée pour son goût fruité et ses multiples vertus: baisse de la tension artérielle, prévention des maladies vasculaires, minimisation de certains effets nocifs de la pollution, réduction des risques de cancers. Ce n’est donc pas par hasard si le régime crétois est un des meilleurs pour la santé. En plus de ses milles vertus, elle est une contient 3.3 mg de fer pour 100 grammes de fruits.

Et si tout ça ne suffit pas à devenir Popeye pense à te préparer une bonne soupe d’ortie hyper riche en fer mais aussi en protéines végétales, vitamine C, pro-vitamine A, calcium, potassium et flavonoïdes, l’ortie est une source abondante de nutriments et d’antioxydants qu’il fait bon mettre dans son assiette. Comme dit le proverbe irlandais : “En mai, trois bons repas d’orties écartent toutes les maladies”. Voilà une recette.

SOUPE D’ORTIES

Commence par faire chauffer une cuillère à soupe d’huile d’olive dans un grand faitout.

Épluche l’oignon et l’ail puis émince-les. Faire suer l’oignon dans le faitout pendant 2 à 3 minutes puis ajoutez l’ail.

Ajoute les feuilles d’orties préalablement nettoyées sous l’eau et essuyées puis les faire cuire pendant 5 minutes en remuant jusqu’à ce qu’elles aient bien fondues. Une fois qu’elles sont cuites, les retirer du feu.

Épluche puis coupe la pomme de terre en petit dés.

Faire chauffer une casserole d’eau salée et faire cuire les dés de pommes de terre.

Une fois que les pommes de terre sont cuites, ajoute les aux orties dans le faitout.

Dans une autre casserole, faire chauffer le bouillon de légumes.

Lorsque le bouillon est à ébullition, mélange le à la préparation d’orties en remuant tout doucement, puis laissez reposer le tout quelques minutes.

Passe le tout au mixeur. Sale et poivre la soupe aux orties.

Sert la soupe aux orties bien chaude avec une cuillère de crème fraîche végétalienne et hop en fin de soirée tu es Popeye ou Olive (moi je préfère Olive, elle est plus intelligente).

.

 

Les grands champions de Vegan Warrior au cœur de l’été

julie vegan warrior
Julie Van Nieuwenhuyse vice-championne de France de culturisme et future  miss Olympia

VEGAN MARATHON et VEGAN WARRIOR, les deux bannières de l’Ong WARRIOR continuent leur incroyable développement.  Aux 4 coins de la planète de très grands champions sportifs et une armée d’anonymes œuvrent dans les rangs des combattants de la Paix. Alors que la canicule sévit, que le climat déraille, que les animaux et les humains vivent sous le joug d’une minorité de privilégiés, les WARRIORS portent le message de la bienveillance, de l’empathie, de l’effort, du respect et du courage. Ils multiplient les démonstrations, les performances, et les défis. Ils sont partout !

Ludovic Champion Pan américain et vice champion du monde JIUJITSU BRÉSILIEN NOGI
Ludovic Parreira, Champion Pan américain et vice- champion du monde JIUJITSU BRÉSILIEN NOGI

A Montréal c’est la rencontre entre la marathonienne Astrid  Prevost et le géant du hockey sur glace Georges Laraque,  A New-York C’est Ludovic Parreira qui fait le show, à Divajeu dans le sud de la France Véronique se fait un podium sur « Le chemin des écoliers » (trail de 14 kms avec 450m de dénivelé), pour se remettre du grand raid ultra marin (177km) qu’il a couru avec l’ultra-performer Xavier Cornet, Sébastien Loridon court autour du lac de Yellowstone National Park, et Karine Estelle prépare à Paris le DEFI CARDIO VEGAN WARRIOR à Paris, qu’elle animera en présence de l(athlète végane Julie Van Nieuwenhuyse vice-championne de France de culturisme et future  miss Olympia.

Ludovic lisbonne
Encore un warrior sur le podium

Mais parlons-en de ce DEFI CARDIO VEGAN WARRIOR. Il se déroulera le samedi 24 août, Place de la Bataille de Stalingrad, 75019 Paris dans le cadre du Village Ahimsa Life pour la fin du spécisme.

L’idée de Karine c’est quoi ? De vous faire transpirer au milieu de l’été, vous torturer au cœur de la canicule, vous faire pratiquer des exercices pour que vous soyez belles et beaux et en pleine forme pour finir l’été. La grande championne Julie Van Nieuwenhuyse sera là pour s’assurer que votre souffrance est totale, comme on dit : no pain, no gain.

Plus sérieusement cet atelier animé par Karine et les VEGAN WARRIOR est destiné à tou.te.s quel que soit leur niveau. L’essentiel c’est de participer et de s’amuser, au nom de la plus grande cause, du plus beau des combats pour les animaux, les humains et l’environnement.

Vous pourrez aussi retrouver Claire, Muriel et tous les autres bénévoles de l’ong Warrior sur le stand de l’INSTITUT DU SPORT ET DE L’ALIMENTATION VEGETALE à partir de 12h. On se retrouve là-bas ?

Event DEFI CARDIO VEGAN WARRIOR :

https://www.facebook.com/events/2303582116362821/

Village Ahimsa Life pour la fin du spécisme – évènement  organisé par l’Association Manger Végétalien :  https://www.facebook.com/events/839551849753044/?active_tab=discussion

LE PROGRAMME DU DÉFI CARDIO VEGAN WARRIOR

programme 24 aout

 

ces petits riens qui marquent l’Histoire

L’image contient peut-être : 11 personnes, dont Josephine Sha'Man Picot, Karine Dana Addy, Muriel Quoix, Jocelyne Rabier, Magà Ettori et Rudy Patel, personnes souriantes, personnes assises, table et intérieur

Il y a des jours ou vous faites des choses extraordinaires et que vous avez l’impression qu’il s’agit d’un événement éphémère ? Et puis d’autres fois où vous ne faites rien de spécial, mais que vous avez l’impression que ces petits riens marquent votre Histoire ? C’est l’impression que j’ai eu hier, quand nous avons réunis les membres du Conseil d’Administration de l’Institut du Sport et de l’Alimentation Végétale. Karine Dana, membre du CA et présidente d’une des 7 commissions de l’Institut, venue de Tel Aviv la veille, nous donna un excellent prétexte de nous réunir et de construire un peu plus l’immense projet que nous préparons. On the way….

En attendant la traversée de l’Atlantique

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, assis, ciel et plein air

C’est fait, ! La nageuse végane Heidi Levasseur, membre du Comité de parrainage de l’Institut du Sport et de l’Alimentation Végétale a traversé le lac Saint-Jean aller-retour à la nage en presque 22 heures. La nageuse de Trois-Rivières à réalisé cet exploit hors de l’ordinaire en plongeant dans le lac Saint-Jean vers 20h45, en nageant en pleine nuit pour atteindre Péribonka, puis revenir à 18h35. Elle portait une combinaison thermique pour l’aider à affronter les conditions difficiles du lac.

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes souriantes, ciel, nuage, plein air et eau

Ce défi n’a pas été réalisé depuis presque 30 ans. Heidi Levasseur explique qu’elle se lance dans cette aventure en mémoire de Jacques Amyot, le premier nageur à avoir réussi à traverser le grand lac en 1955. Il est décédé l’an dernier à l’âge de 93 ans. Elle s’était rendue à Québec pour assister aux funérailles de celui qui l’a beaucoup inspirée. Heidi a déjà traversé le lac Saint-Jean en 1996 et a aussi effectué le tour du lac à la nage il y a quelques années.

L’image contient peut-être : 1 personne, enfant, plein air et eau

Un rêve plus grand que nature Ce long périple en eau libre la préparera pour une autre aventure encore plus longue : la traversée de l’Atlantique. Elle caresse ce projet depuis cinq ans. Heidi Levasseur veut traverser l’océan du Sénégal au Brésil, un trajet de plus de 3000 kilomètres. Elle estime qu’il lui faudra entre quatre et six mois pour franchir cette distance. Elle compte réaliser son rêve en décembre et la traversée du lac Saint-Jean à la nage a contribué à la préparer physiquement et mentalement pour cet objectif impressionnant. Elle a démontré, encore aujourd’hui, sa farouche et inébranlable volonté.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, debout et chaussures