Edmond Simeoni, le chantre de la non-violence

Edmond Simeoni Patricia EttoriVendredi 14 janvier, le Dr Edmond Simeoni a « rejoint les hautes terres ». Le grand humaniste s’est éteint à Ajaccio. Quatre jours après l’annonce de son décès, les mots me manquent toujours pour évoquer l’homme public, et mon ami. Plutôt que de m’entêter à chercher des mots qui ne viennent pas je décide de passer à l’action, et de faire en sorte que les corses et amis de la Corse rendent un hommage au missionnaire et fondateur de Corsica Diaspora.

Pas le temps de mourir

Edmond Simeoni PatPremières inquiétudes vendredi matin, mon ami Jacques Renucci me prévient qu’Edmond Simeoni est au plus mal. Nous nous quittons en concluant qu’Edmond s’est sorti de situations tellement dramatiques, qu’il devrait encore une fois faire un bras d’honneur à la faucheuse : « J’ai accompagné tant d’amis dans leur dernière demeure, (silence) ils m’avaient tous enterré un peu tôt », m’avait-il lancé un jour en écarquillant les yeux malicieusement, la tête penchée, plutôt content de sa plaisanterie. Boutade. Il a tellement le sens de la fraternité, et tellement peur de la mort, qu’il ne peut qu’en rire. Quoi de plus normal d’ailleurs qu’il ait peur de la mort ? Ce n’est pas son monde, son monde c’est la vie, son monde c’est l’action, la réaction, l’anticipation, la confrontation. Rien de mortifère. Il avait approché le monde du silence et du repos éternel, et franchement il a trop d’actions en cours, trop de fer au feu pour mourir.

Comme si de rien n’était

Trente minutes plus tard, une amie me téléphone. Je ne lui réponds pas tout de suite. Depuis ma conversation avec Jacques, je suis plutôt inquiet. J’essaie de me convaincre qu’elle téléphone pour une bonne nouvelle, j’écoute la sonnerie.

Edmond Simeoni Magà Ettori

Je souviens de son accident de voiture en 2010, ou Edmond s’en était tiré sans le moindre dommage. Excédé par mes retards perpétuels, Edmond avait décidé de venir me chercher tous les lundi à Pietranera. C’était un prétexte pour discuter. Arrivé en haut de la rue Emile Sari, il s’arrêtait à la boulangerie pour prendre des viennoiseries et je l’attendais en voiture. Je ne compte plus le nombre de fois où il sortait sans tirer le frein à main, m’obligeant  à le tirer moi-même Il revenait un instant plus tard, avec ses viennoiseries, marquait un arrêt en trouvant la voiture trois mètres plus loin. Entrait dans le véhicule comme si rien ne s’était passé, et reprenait notre conversation comme nous l’avions laissé quelques instants plus tôt.

Voilà ce que j’espérais alors que le téléphone sonnait, que cette nouvelle alerte ne serait qu’une alerte, et que nous allions reprendre notre conversation, comme si de rien n’était.

Si n’hè andatu (il nous a quitté) 

Une rumeur annonçait le décès d’Edmond sur les réseaux sociaux mais le post fut rapidement retiré. Je décroche mon téléphone qui sonne toujours. Edmond si n’hè andatu. J’écoute. Je réfléchis. Je comprends … ou plutôt je ne comprends pas, quelque chose m’échappe. « Edmond si n’hè andatu », Edmond nous a quitté ? Un silence, je ne trouve pas les mots justes, je n’en trouve aucun. J’écoute mon interlocutrice reprendre l’historique détaillé de sa maladie. Je ne l’écoute plus vraiment en fait.

Edmond Simeoni Magà Ettori Université de Corse

Edmond avait un pouvoir : celui de traiter chacun de ses contacts d’une manière exclusive. De fait, ils sont nombreux à avoir l’impression qu’il fut « leur meilleur ami ». C’était vrai en quelque sorte.

Mon téléphone s’allume comme un sapin de Noël. On dirait que tous nos amis ont eu l’information en même temps. De brèves conversations s’enfilent comme des perles. J’arrête de répondre, afin de prévenir des proches à mon tour. Le téléphone sonne sans discontinuer.  Et les anecdotes continuent : « tu te rappelles quand… », bien entendu que je me rappelle. Je partage avec Edmond cette singularité de ne rien oublier. Et quand je ne me rappelle pas, c’est que l’histoire est souvent enjolivée, exagérée, voire amplifiée. Mais j’aime à l’entendre tous de même.

100_1757

C’était d’ailleurs une de nos plus grandes complicités, quand quelqu’un croisait Edmond et lui racontait une de ces aventures épiques qu’ils avaient vécu ensemble. Dès que nous frisions l’incongrue ou l’exaltation, je voyais bien qu’Edmond avait du mal à ne pas rire, mais il ne le faisait jamais. Trop d’empathie. Il n’aurait voulu froisser la personne pour rien au monde, et puis je crois qu’il était fier que sa vie romanesque puisse inspirer autant.

L’homme d’Aléria

Magà mitraillette.jpgIl faut dire que certaine fois il était difficile de faire la différence entre la réalité et la fiction. Comme cette fois où j’ai demandé à Edmond de descendre une mitraillette à Ajaccio depuis Bastia. En fait, il s’agissait du pistolet-mitrailleur Sten, utilisé par les maquisards en 1944 et qui m’avait été prêté par le musée à Bandera à Ajaccio dans le cadre d’un tournage de film.

Justement je reçois un texto de Victor, mon ami d’enfance, celui qui avait récupéré la mitraillette auprès d’Edmond pour la remettre au musée à Bandera. Victor m’envoie un article de presse.

L’article de l’AFP a mis le feu aux poudres et c’est la totalité de la presse nationale qui évoque la disparition de « l’homme d’Aléria », « le père de toutes les luttes », « le père du nationalisme corse », etc, etc. Le père du nationalisme corse me fait sourire car cela me rappelle une plaisanterie de Marc, son fils : « si mon père est le père du nationalisme corse, qui suis-je ? ». L’humour n’est pas seulement lié au désespoir, mais aussi à l’intelligence, et je crois que c’est ce qui caractérise la famille Simeoni.

UNESCO Ph.C.Bailleul 21.05 (264).jpg

Lettre aux femmes

La famille étant d’ailleurs au cœur des préoccupations quotidiennes d’Edmond. S’il vouait une passion sans bornes à ses deux enfants et ses 5 petits-enfants, Lucie tenait une place particulière dans son quotidien depuis 60 ans. Il n’aurait jamais eu ce parcours sans son épouse.

Un jour je me suis mis en tête de lui faire raconter Aléria pour un de mes films, et comme interviewer, j’ai choisi l’excellence, à savoir Sampiero Sanguinetti. Un damier au sol, un fond vert et c’est parti. L’entretien devait durer 2 heures, nous avons en fait tenu plus de 5 heures de discussion passionnante et haletante.

100_1765

A la fin du tournage Sampiero – qui connaissait pourtant très bien Edmond – nous dit : « je suis surpris qu’Edmond se soit confié à ce point et surtout qu’il ait tant parlé de Lucie. Nous savions qu’elle était d’une grande importance pour lui, mais tout de même pas à ce point ». Bien entendu que derrière chaque grand homme il y a une femme, et le féministe qu’était Edmond Simeoni le savait. Pourquoi croyez-vous qu’il a écrit un livre intitulé « Lettre aux femmes» ?

Le retour vers les hautes terres

Quand les appels se calment un peu, je me mets à regarder la presse en ligne. Retranscription quasi littérale du communiqué AFP, je trouve les médias peu inspirés sur ce coup. Puis je me souviens d’une réflexion d’Edmond sur le cinéma. Il me disait avoir un regard très critique sur les séries ou les films avec un contenu médical. Le docteur gastro-entérologue, trouvait que le 7 ème art traitait le sujet avec beaucoup de légèreté.

C’était peut-être mon problème, je connaissais trop bien le sujet. Du coup cette proximité pose un autre problème : qu’est-ce que je vais bien pouvoir écrire à propos d’Edmond ? Jacques Renucci avec sa plume diabolique a mis la barre haute dans Corse Net infos : « Disparition d’Edmond Simeoni : La Corse touchée au cœur ». Bon mais en même temps c’est Jacques Renucci, et j’en connais peu qui arrive à ce niveau.

Jacques au téléphone me dit : « regarde ce que les autres ont écrit et fait autre chose ! », ah ah ah voilà bien les conseils de mon ancien prof de français. Alors voyons ce qu’ont fait les autres.

Un entretien d’Edmond titré : « En 2016, Edmond Simeoni envisageait sa mort avec sérénité »… Euuuuuuh je serais bien surpris qu’Edmond puisse envisager sa mort avec sérénité, voyons voir. Edmond dit qu’il ne veut pas que l’on lui fasse des statues, ok. Il dit que l’heure du bilan approche et il envisage le retour vers les hautes terres comme les indiens, ok. L’intérêt réel de cet entretien c’est une phrase où Edmond parle de son allergie aux injustices : « u solcu naturale di i corsi (le sillon naturel des corses), le fondement de la révolte, ça a toujours été l’injustice ». Voilà, tout est dit.

En attendant je ne sais toujours pas quoi écrire. Je fais un petit texte en Corse « Edmond, a to strada», je remets en ligne Lettera à l’Umani (lettre aux Humains) interprété par Edmond en hommage à Pasquale Paoli.

Je ne sais toujours pas quoi écrire, rien de transcendant. Juste de l’anecdotique, et pourtant c’est ce qui m’importe. Ou alors …., oui je sais. En fait je n’ai pas vraiment envie de parler d’Edmond, j’ai envie de passer à l’action, comme nous l’avons toujours fait ensemble.

Les trois jours qui suivent, j’active tous les réseaux que nous avons créés ensemble au moment de la création de la Maison de la Corse et de Corsica Diaspora. Je contacte un certain nombre de nos amis de grande qualité comme René Siacci, Michel Vergé Franceschi, Petru Ghjaseppu Franceschi, Christophe Mariani, Antoine Bernardi, Patrice Bernardini et tant d’autres. Mon idée est simple nous allons mettre en chantier tout une série d’hommages à Edmond Simeoni, le chantre de la non-violence.

Une série d’hommages

Le premier hommage aura lieu ce vendredi à la casa di u Populu Corsu à Issy-les- Moulineaux, ce lieu mythique de la diaspora parisienne. Le second hommage sera courant janvier à Paris, beaucoup plus formel. Et enfin un autre hommage lui sera rendu le 2 octobre prochain au cours d’un colloque international contre la non-violence que j’organise.

Je prépare vite un petit texte qui va être lu par Patrice Bernardini ce soir, avant la diffusion de « Lettera à l’Umani ». Nous allons lui rendre un hommage ce soir au Centre culturel Alb’Oru dans le cadre d’un concert des Resto du Coeur.  Patrice veut faire une chanson, nous verrons si je trouve les mots.

Maintenant je sais pourquoi je n’arrivais pas à écrire à propos d’Edmond, la raison est simple. Edmond a rejoint sa dernière demeure, et sa dernière demeure c’est l’Histoire. Son travail n’est pas fini. Mon seul problème, c’est que je ne pourrais même pas lui téléphoner pour lui raconter cette nouvelle idée. Il m’aurait dit comme à l’accoutumé : « j’attends ton email. Mais synthétique, juste trois lignes. Allez, basgia a to moglia e to figliole (embrasse ta femme et tes filles). »

Un dernier coup d’oeil à la presse : Edmond Simeoni, le chantre de la non-violence. Cusì sià (qu’il en soit ainsi).

Edmond, a to strada

Avà sapemu quale sò l’eroi,

avà si pò misurà a so strada.

Strada di lotta è di valore,

strada di tristezza è d’amarezza,

strada di sperenza è di ghjustizia.

Si n’hè andatu u patriottu,

senza mai rinnigà a so lotta,

per u Populu Corsu è a Corsica Regina,

hà discitatu a cuscenza naziunale.

Si n’hè andatu u mio frateddu,

si n’hè andatu versu l’eternu.

Chi tu riposi in santa paci,

avvedaci caru Edmond.

Magà Ettori u 14 dicembre 2018

Magà Ettori _ Edmond Simeoni unesco 2

Edmond Simeoni, Lettera à L’umani

ECOUTER LETTERA A L’UMANI  (Lettre aux humains) par Edmond Simeoni

(texte Magà Ettori, Musique Patrice Bernardini, Voix Edmond Simeoni), extrait du spectacle musical LA REVOLUTION CORSE écrit et mis en scène par Magà Ettori

Magà Ettori _ Edmond Simeoni unesco

LETTERA A L'UMANI (Magà Ettori - Edmond Simeoni)

#6Novembre15h35

egalité homme femme salairesSur les réseaux sociaux, le hashtag, ou mot-clé, de ralliement est #6Novembre15h35. De quoi s’agit-il ? C’est symboliquement aujourd’hui mardi 6 novembre à 15h35 que les femmes commenceront à travailler gratuitement. En raison des disparités de revenus entre hommes et femmes, si on rapporte ces écarts au calendrier, les femmes gagnent en moyenne 15,2% de moins que les hommes. Dans l’Union européenne, cet écart est de 16%.

Le salaire mensuel net moyen des hommes, en équivalent temps plein, est de 2 410 euros en 2014, celui des femmes de 1 962 euros, soit un écart de 448 euros, presque un demi-smic. Ou, ce qui revient au même, les femmes touchent en moyenne 81,4 % du salaire des hommes (1 962 divisé par 2 410), ou ont un salaire inférieur de 18,6 %. Plus on progresse dans l’échelle des salaires, plus l’écart entre les femmes et les hommes est important. Selon les dernières données disponibles (Insee 2013), toujours en équivalent temps plein, le niveau de salaire maximal des 10 % des femmes les moins bien rémunérées est inférieur de 8 % à celui des hommes (1 154 contre 1 254 euros). Le salaire minimum des 10 % des femmes les mieux rémunérées est inférieur de 22 % à celui des hommes (soit 3 036 euros pour les femmes contre 3 892 euros pour les hommes). Au niveau médian des salaires, les femmes gagnent un salaire inférieur de 14 %, ce qui représente un écart de 263 euros par mois avec leurs homologues masculins.

Le phénomène est mondial. Et si rien ne change, ce n’est qu’en 2186 que la parité économique entre les hommes et les femmes sera atteinte, indique le rapport 2016 du Forum économique mondial (WEF) paru le 26 octobre dernier. L’étude annuelle portée sur 144 pays indique un fossé de salaire de 59% entre les femmes et les hommes dans le monde. La France arrive au 17ème rang où les femmes touchent selon cette étude 75% du salaire des hommes. La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a souligné que l’écart de salaire femmes-hommes en France est : «une réalité qu’il faut dénoncer». Heuuu comment dire ? Madame la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, et si nous allions plus loin que la dénonciation et surtout plus vite ? 170 ans c’est un peu long tout de même.

Commémoration du centenaire de l’Armistice, les animaux aussi !

A l’occasion du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, une cérémonie est organisée par l’ong VEGAN WARRIOR et le Collectif Animaliste Végane et Antispéciste (qui regroupe une cinquantaine d’associations de la cause animale), dimanche Place de la Bourse (75002) de 15h à 16h.

Sergent Stubby

Le Sergent Stubby, le chien le plus décoré de la première guerre mondiale, mascotte du 102 régiment américain

HOMMAGE AUX ANIMAUX HEROS

 Dimanche, plus de 70 chefs d’État et de gouvernement seront réunis à Paris à l’occasion des commémorations du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918 pour rendre un légitime hommage aux 18,6 millions de morts. Les animaux ne seront pas oubliés. Une cérémonie sera organisée par l’ong VEGAN WARRIOR pour rendre hommage aux 14 millions d’animaux enrôlés dans le conflit 14-18.

 Chevaux, mulets, bœufs, ânes, chiens, pigeons voyageurs. La Grande Guerre a entraîné d’énormes pertes animales. Les chevaux ont été les plus touchés, avec environ 10 millions de chevaux tués entre 1914 et 1918.  Une fois la guerre terminée, beaucoup de « rescapés » ont été abattus en raison de leurs blessures, de leur grand âge, ou simplement parce qu’on ne leur trouvait plus d’utilité. En Australie par exemple, sur 13 000 chevaux enrôlés, 15 % ont été euthanasiés à l’issue du conflit.

VEGAN WARRIOR - SALON DU RUNNING.jpg

VEGAN WARRIOR : FAITES DU SPORT PAS LA GUERRE  

Le sport s’est invité de manière significative dans le conflit de 14-18 et sest développé en France en réponse à la barbarie et à l’ennui. Il s’est ainsi enraciné dans la société. « Avant la guerre, rares sont les Français à exercer une activité sportive dans le cadre d’une compétition. Sur 42 millions d’habitants, seulement 1 % environ s’y adonnait. Aujourd’hui ce sont près de 64% des français qui pratiquent une activité sportive ».

La diffusion du sport en France a pris un essor fantastique à cette période. La pédagogie, encore et toujours. De jeunes officiers pédagogues ont eu l’idée de recourir au sport pour remonter le moral des troupes et oublier les horreurs de la guerre. Souvent issus du monde rural, les poilus aimaient ces activités physiques bien plus ludiques que des manœuvres.

C’est en référence à l’intelligence de ces jeunes officiers pédagogues et dans le prolongement de leur action, que l’ONG VEGAN WARRIOR propose une action sportive, après la cérémonie d’hommage aux animaux.

VEGAN WARRIOR 11 NOVEMBRE - georges

PROGRAMME

15h00 CÉRÉMONIE EN HOMMAGE AUX ANIMAUX HÉROS

15h15 A 16H : DÉFI VEGAN WARRIOR

Venez relevez le défi, en participant à une séance d’entraînement (45 minutes – tous niveaux).  

– Échauffement cardio / musculaire 

– HIIT training (entraînement fractionnés de haute-intensité désigne tous les entraînements alternant périodes d’efforts courts et intenses et périodes de récupération active)

– Pliométrie (enchaînement rapide de mouvements qui permet d’augmenter la vitesse, et la force élastique du muscle, s’ajoutant à la force musculaire)

– Gainage au sol statique et dynamique

 Liens utiles :

 – VEGAN WARRIOR est signataire de la CHARTE DE LA NON VIOLENCE :

https://collectifantispecisteveganeanimaliste.wordpress.com/charte-de-la-non-violence

 – SITE VEGAN WARRIOR :

https://aiomagazine.fr

– ÉVÉNEMENT FACEBOOK :

https://www.facebook.com/events/685226798527602/

2%

stop

Il y a des chiffres qui donnent mal à la tête. Entre 2010 et 2012, 83 000 femmes sont victimes de viols ou tentatives de viols par an (0,5% des femmes). 83% d’entre elles connaissent leur agresseur : -31% des auteurs sont connus mais ne font pas partie du ménage de la victime ; -31% des auteurs sont les conjoints vivant avec la victime au moment des faits ; –21% des auteurs font partie du ménage mais ne sont pas le conjoint ; –17% des auteurs sont inconnu de la victime.  84.000 viol par an soit 230 par jour, 9,5 par heure, ou un toutes les 6,3 minutes. Et vous savez quoi ? 11% des victimes seulement portent plainte, et 13% déposent une main courante. On peut le comprendre, tant la procédure est longue, fastidieuse, humiliante et que moins de 2% des affaires de viols aboutissent à une condamnation en cour d’assises.

Le droit international fait obligation aux Etats de prendre des mesures positives pour interdire et empêcher le viol, ainsi que d’engager des poursuites et d’appliquer les peines prévues, quel que soit l’endroit où le viol a été commis, et que son auteur soit un agent de l’État, un mari violent ou un parfait inconnu. Au travail, 2% ça va pas le faire.

Sources : Insee-ONDRP, enquête « Cadre de vie et sécurité » de 2010 à 2012. Retraitements par la MIPROF (2013) in Chiffres Clés 2014 Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et La lettre de l’Observatoire des violences faites aux femmes n°1 nov. 2013.

Duel sur la grande place

grande place 2

Ce soir j’avais rendez-vous pour un duel sur la grande place. Alors que le soleil se couchait dans l’horizon lointain, je progressais pas à pas vers mon destin. J’étais déterminé à rayer de la carte un adversaire. Quelques gouttes de pluie ruisselaient sur mon visage, et c’était plutôt une agréable sensation. Les rues étaient désertes, et le vent s’engouffrait dans le hall de l’église voisine. Nous nous sommes retrouvés au lieu dit à l’heure dite, j’étais même un peu en avance. Sur mon Tshirt noir s’inscrivait en lettres blanche et pourpre : « VEGAN MARATHON » sur sa poitrine je pouvais distinguer des chiffres qui défilaient rapidement. Il a dégainé le premier, mais j’ai été plus rapide. Je suis resté un instant sans bouger, qui m’a semblé une heure. Juste avant de mordre la poussière, il m’a regardé droit dans les yeux. Il semblait chercher à se saisir de mon âme, en vain. Mon chronomètre a posé le genou à terre et m’a lancé dans un dernier soubresaut :  « tu viens de tuer ton record personnel sur ce parcours !!! » Ce soir sur la grand place, j’ai abattu mon pire adversaire : moi-même, mais c’était une belle course.

grande place