Harcèlement de rue, sans les dents

A quel moment un être humain normalement constitué se met à en siffler un autre ? Prédation, sifflements, bruits avec les lèvres, bruits d’animaux, propositions, sollicitations, blagues à connotations sexuelles, regards insistants, lourds et appuyés, commentaires ou gestes déplacés semblent inévitables à toute femme qui fait la traversée de Paris, de Marseille, de Nice ou de Bordeaux, dans la rue, les transports ou espaces publics. Et ce n’est pas une légende urbaine.

La loi contre le harcèlement sexiste, entrée en vigueur en août 2018, pénalise les « propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste », lorsqu’ils sont « dégradants, humiliants, intimidants, hostiles ou offensants ». Des faits passibles de 90 euros d’amende, voire de 1 500 euros en cas de circonstance aggravante, notamment lorsque la victime a moins de 15 ans. Enfin ça c’est sur le papier car dans le vrai monde, il y a très peu de contraventions pour « outrage sexiste » sur l’ensemble du territoire, la grande majorité en flagrant délit.

Quelle est la solution ? C’est très simple. Mesdames, si vous êtes à proximité d’un bar, un restaurant ou un café, vous prenez une chaise et vous frappez de toutes vos forces au niveau de la bouche. Plutôt deux fois qu’une d’ailleurs. Une récente étude montre que le sifflage et le persiflage sont beaucoup moins faciles sans les dents. Ensuite vous allez vous prendre un café tranquillou et vous attendez la police (oui, oui, elle va venir là). Ah n’oubliez pas de filmer, ça peut servir d’exemple à d’autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s