Le Mali, le pays des Droits de l’Homme

L'Histoire sans fin", un livre qui n'en finit plus de faire parler ...

L’Histoire avec un grand H est celle des dominants. Pourtant cette Histoire officielle a de plus en plus de mal à s’imposer. Avec la multiplication des nouvelles technologies, il est de plus en plus difficile de cacher des pans de l’histoire sous le tapis. Comment ne pas se raconter d’histoires entre la mythologie, les contes et légendes, les histoires réécrites, l’histoire orale, l’histoire des vainqueurs et celle des perdus, l’histoire des monarchies, celle des Etats et des grands ordres, l’histoire de la finance, celle des indigènes, l’histoire des religions, l’histoire des peuples, les histoires sans fin et celles à dormir debout, les histoires d’alcôves et celles de comptoirs, les fables de l’histoire et l’histoire de celles et ceux qui n’ont pas d’histoire, les histoires sans paroles, et les paroles sans histoires, sans parler des histoires qui font l’Histoire. Bref, il est difficile de trier le bon grain de l’ivraie.

Les deux histoires qui me passionnent actuellement sont l’histoire de Severiano de Heredia, le premier (et seul) maire noir de Paris et celle de « la Charte du Manden ». Pour Severiano de Heredia, je vous laisse chercher sur « Google l’historien ». Je vous en dis d’avantage sur « la Charte du Manden » .

En 2009, « la Charte du Manden » a été Inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Le 16 mars 2011, le gouvernement malien a adopté en Conseil des ministres un projet de décret portant classement dans le patrimoine culturel national de « la Charte du Manden ». Mais de quoi s’agit-il ?

Manden Mali« La Charte du Manden », proclamée à Kouroukan Fouga en 1236  à l’issue d’une victoire militaire par le fondateur de l’Empire mandingue et l’assemblée de ses « hommes de tête » est donc l’une des plus anciennes constitutions au monde même, et oui cela remet sur la table la question du Pays des Droits de L’Homme. Ok, ok, la « la Charte du Manden » n’existe que sous forme orale. Pourtant elle se compose d’un préambule et de sept chapitres prônant notamment la paix sociale dans la diversité, l’inviolabilité de la personne humaine, l’éducation, l’intégrité de la patrie, la sécurité alimentaire, l’abolition de l’esclavage par razzia, la liberté d’expression et d’entreprise.

Hey les amie.e.s, nous sommes au début du XIIIe siècle, lors de l’avènement de l’empereur Soundiata Keita, fondateur de l’empire Mali. L’Empire a certes disparu mais les paroles de la Charte et les rites associés continuent d’être transmis oralement, de père en fils, et de manière codifiée au sein du clan des Malinkés. Pour que la tradition ne soit pas perdue, des cérémonies commémoratives annuelles de l’assemblée historique sont organisées au village de Kangaba (contigu à la vaste clairière Kouroukan Fouga, de nos jours au Mali, près de la frontière de la Guinée). Elles sont soutenues par les autorités locales et nationales du Mali, et en particulier les autorités coutumières, lesquelles y voient une source d’inspiration juridique ainsi qu’un message d’amour, de paix et de fraternité venus du fond des âges.

Manden juillet couverturePourquoi est-ce que je vous parle de « la Charte du Manden » ? Pour la simple et bonne raison, qu’un média américain du nom de « Manden Magazine », diffusée dans toute la diaspora africaine, vient de me consacrer quelques pages, ainsi qu’au collectif ACT NOW. Une grande fierté à vrai dire. D’autant que le collectif ACT NOW vient de faire signer à deux reprises « la charte ACT NOW » à des élus, dans le cadre de la Journée de l’Etat d’urgence Environnementale et Climatique. Il n’y a pas de hasard, uniquement des rdv.

Pourtant, j’avoue que je ne connaissais pas « la Charte du Manden », contrairement à Kadidia Doumbia, fondatrice de « Manden Magazine » et membre d’ACT NOW. Je l’imagine rire sous cape, notre amie Kadidia, elle qui sait depuis longtemps que le Mali, cette ancienne colonie du Soudan français, ce pays enclavé parmi les 48 pays les moins avancés sur le plan du développement socio-économique, et bien ce pauvre Mali est en fait le véritable pays des Droits de l’Homme. « Mais quelle histoire », me direz-vous !

Manden juillet 58

Manden juillet 60

Manden juillet 62

Manden juillet 64

Manden juillet 66

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s