Les wagons plombés d’Ag-Gag

ag-gag

Une douzaine d’Etats américains souhaitent adopter une série de lois scélérates surnommées « agriculture bâillonnée » (« ag-gag » en anglais) actuellement débattues dans les Etats de l’Arkansas, la Californie, l’Indiana, le Nebraska, la Pennsylvanie, le Tennessee et le Vermont. Elles ont déjà été adoptées il y a un an dans l’Iowa, l’Utah et le Missouri. Grâce au travail des associations de la cause animale et des organismes veillant à la sûreté sanitaire comme le Food and Water Watch, ces lois ont reporté dans le New Hampshire, le Nouveau-Mexique et le Wyoming. Nos partenaires de Mercy for Animals (Faeryland) mais également The Humane Society of the United States et PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) font un excellent travail d’information depuis des années outre-atlantique. Les images chocs filmées par ces associations de protections animales ont à juste titre scandalisé l’Amérique. Les tortionnaires et autres éleveurs sadiques ont été condamnés, mais les industriels de l’agro-alimentaire ont rapidement réagit sous la houlette de l’American Legislative Council (ALEC).

Résultat de recherche d'images pour "stage"

Ce lobby conservateur connu pour ses travaux législatifs controversés  telle que la loi « Stand your Ground » (Défends-toi) qui autorise tout citoyen à utiliser la force, jusqu’au meurtre, s’il se sent menacé. L’American Legislative Council qui déjà en 2002, avait pondu l’Animal and Ecological Terrorism Act (AETA), qui interdisait de pénétrer dans une ferme pour prendre des photos ou vidéos avec l’intention de porter atteinte à l’image de l’établissement ou de son propriétaire. Ce qui explique en partie que l’Animal Liberation Front (ALF) et l’Earth Liberation Front (ELF) soient considérées par le département de la Sécurité intérieure des États-Unis comme menace terroriste depuis janvier 2005. L’ALF et L’ELF sont les principaux mouvements « éco-terroristes » qui constituent « la première menace de terrorisme intérieure » selon le FBI. Une douzaine d’Etats américains ont donc proposé ou adopté des lois criminalisant la dénonciation des tournages  dans les élevages et abattoirs.

Résultat de recherche d'images pour "animal liberation front"

Ces législations interdisent de filmer ou de prendre des photos secrètement au sein de fermes d’élevage et de postuler pour un emploi dans l’un de ces établissements sans divulguer des liens avec des groupes de défense des animaux. Un délit désormais punissable d’un an d’emprisonnement et de 1 500 dollars d’amende (Utah). Elles obligent aussi les associations à livrer les films dénonçant des abus aux autorités dans les 24 ou 48 heures qui suivent leur réalisation. En Arkansas, on propose d’interdire à quiconque d’autre que les autorités d’enquêter sur les animaux.

Résultat de recherche d'images pour "flyer"

La plupart de ces projets de loi punissent non seulement les militants qui prennent des photos et des films, mais aussi les médias et les organisations de défense des droits des animaux qui diffusent les documents. Nathan Runkle, directeur exécutif de Mercy for Animals, interrogé par ABC  précise à juste titre : « Ces projets de loi pourraient créer un précédent dangereux dans le pays en fermant les portes de fermes d’élevages industriels et en permettant aux abus d’animaux, aux atteintes à l’environnement, et à la contamination de la nourriture de passer inaperçus ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s