La valeur de nos combats

MAGA ETTORI - ASSEMBLEE DE CORSE - CONTRE LA CENSUREMardi 20 mars 2012, en signe de protestation contre la corruption, l’affairisme et les pratiques amorales dans l’industrie du cinéma en Corse, l’Intersyndicale du Cinéma Corse occupe l’Assemblée de Corse. Les membres de l’Intersyndicale, sont présents en très grand nombre. L’objectif étant de dennoncer les dysfonctionnements de la Collectivité Territoriale de Corse et du Conseil Economique Social et Culturel dans le secteur audiovisuel-cinéma. Les adhérents des trois syndicats (U Sindicatu Naziunale di l’Attore di Sinema,U Sindicatu Naziunale di l’Operaii di Sinema, U Sindicatu di i Produttori Corsi) déployent une banderole de 6 mètres dans l’enceinte de l’Assemblée et distribuent des tracts aux Conseillers en session. Après quoi la parole est donnée par Henri franceschi (président du CESCC) à Màgà Ettori (Conseiller Cinéma Audiovisuel du CESCC).

– compte rendu de séance

TEXTE DE L’INTERVENTION DE MAGA ETTORI A L’ASSEMBLÉE DE CORSE (20/03/2012)

Monsieur Le Président, je vous prie de prendre acte de ma démission en qualité de Conseiller cinéma-audiovisuel auprès du Conseil Economique Social et Culturel Corse. Il ne m’est plus possible d’occuper ce poste aujourd’hui. Comme vous le constatez, les membres de l’Intersyndicale du Cinéma Corse sont venus en très grand nombre pour vous signifier leur mécontentement. Sur rapport de mon prédécesseur, le Conseil Economique Social et Culturel Corse (CESCC) a émis le 21 mai dernier un avis favorable à l’adoption de la convention de développement cinématographique et audiovisuel 2011-2013. Cet avis traitait de la Commission Technique du Film de la Collectivité Territoirale de Corse (CTC) et recommandait :  »les membres sont nommés par le Président du Conseil Exécutif de Corse à partir d’une liste de propositions validée par les deux associations de producteurs de l’île, l’association « CAP » et l’association « CFP » ». Ce vote a été le point de départ d’une chasse aux sorcières par le comité technique du film de la CTC qui censuré tous les films non adoubés par ces deux syndicats (Corse film productions et Corse audiovisuelle productions). Nous accusons clairement certains membres du comité d’être à la fois juges et partis. Nous les mettons devant leurs responsabilités. C’est le cas par exemple d’André Stefanaggi, président tout juste démissionnaire de Corse audiovisuelle productions, ancien producteur du réalisateur de Mafiosa, ou encore de François Barrat qui a réalisé divers films produits par une société de production bastiaise. Cette société dont la gérante est également présidente de Corse film productions a touché plus de 500 000 euros en deux ans de la part de la CTC. Tout ça n’est pas nécessairement illégal mais franchement amoral et a tendance à durer. Certains membres du comité viennent d’être renommés après six ans d’exercice. Si ce comité servait la culture corse, qui s’en plaindrait ? L’Intersyndicale du Cinéma Corse va porter plainte contre messieurs Paul Giacobbi et Thierry Gamba-Martini qu’il tient personnellement pour responsables des malversations commises au sein de la Collectivité Territoriale de Corse pendant leur mandat. L’Histoire est comptable de nos actes, elle nous jugera sur la valeur de nos combats et la manière dont nous les avons mené !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s